Ecolo vous convie à ses ateliers Boîte à Idées

Ecolo Profondeville vous invite à quatre soirées pour imaginer ensemble des projets concrets pour notre commune. Pour chaque atelier, une thématique sera abordée et une personnalité viendra accompagner nos échanges. A vos agendas !

Publié le mardi 22 août 2017

Bienvenue à tous : Quelles que soient vos opinions politiques, votre avis nous intéresse ! Entrée gratuite Bar et petite restauration

Samedi 9 septembre 2017 à Lustin
Gouvernance, transition écologique et alimentation durable
Avec la participation de Stéphane Hazée, député régional
dès 18h00 - Salle Le Foyau

Samedi 18 novembre à Bois-de-Villers
Environnement, mobilité et logement
Invité à confirmer
18h00 à 20h00 - Salle Communale

Samedi 27 janvier à Profondeville
Economie, culture et vie associative
Invité à confirmer
18h00 à 20h00 - Foyer Culturel

Samedi 10 mars à Lesve
Action sociale, école et aînés
Invité à confirmer
18h00 à 20h00 - Salle Communale

Plus d’infos ? Appelez le 0479 41 68 60.

Portfolio

Qu’est-ce qu’on attend ?

Le 9 septembre à Lustin, le premier des quatre ateliers "Boîte à Idées" sera accompagné de la projection du film "Qu’est-ce qu’on attend ?" de Marie-Monique Robin.

Publié le mardi 22 août 2017

Suite logique de Demain, Qu’est ce qu’on attend ? raconte comment une petite ville d’Alsace de 2 200 habitants s’est lancée dans la démarche de transition vers l’après-pétrole en décidant de réduire son empreinte écologique.

Cette projection (20h) sera précédée d’un atelier ouvert à tous sur le thème "Gouvernance, transition écologique et alimentation durable". De 18h30 à 20h, venez imaginer avec nous des projets concrets pour notre commune, avec la participation de Stéphane Hazée, votre député régional.

Salle Le Foyau - Entrée gratuite Bar et petite restauration

Horaire :
18h00  : Accueil
18h30  : Atelier Boîte à idées
20h00  : Projection du film « Qu’est-ce qu’on attend ? » de Marie-Monique Robin

Dépôts d’immondices : quand le passé remonte à la surface

On en a parlé dans les médias : un ancien dépôt d’immondices a été mis au jour dans le Bois des Aujes. Nous avons fait le point avec Michel Fautsch, environnementaliste de Lesve, et Florence Lechat, échevine.

Publié le mardi 22 août 2017

Michel, comment es-tu tombé sur cette découverte ?

MF : En tant qu’environnementaliste, je participe au recensement de l’androsème, une plante rare que nous avons la chance de posséder sur le territoire de la commune. Au début du printemps dernier, lors d’un de ces inventaires dans le Bois des Aujes situé sur la colline qui sépare Profondeville et Burnot, mon attention a été attirée par des couleurs inhabituelles dans un sous-bois. En m’approchant, j’ai eu la surprise de tomber sur une véritable décharge en plein bois ! Il y avait là des déchets ménagers, des plastiques, des vieux jouets, des flacons de lessive, ...

Quelle a été ta réaction ?

MF : J’ai pris quelques photos que j’ai publiées sur Facebook. Suite à cela, j’ai eu des échanges avec l’administration communale. Mes photos ont aussi suscité l’intérêt des médias.

Quelle est l’origine de cette décharge ?

MF : Il s’agit apparemment d’un ancien dépôt des ordures de la commune, qui date d’une époque où on n’avait peu de préoccupations environnementales. Dans les années 80, les dépôts ont cessé à cet endroit, et comme c’était l’usage, la décharge a été simplement recouverte d’une couche de terre. Trente ans après, cette couche s’est érodée et les déchets refont surface.

Quelle a été la réaction des autorités communales ?

MF : Les contacts que j’ai eus me donnent l’impression que la Commune de Profondeville a pris la mesure du problème. D’après les premières analyses, il semble qu’il n’y ait là que des déchets inertes sans risque de pollution à grande échelle, à l’exception d’un dépôt de pneus. J’attends la suite... •

Florence Lechat, quelles sont les mesures prises face à cette découverte ?

FL : La Commune est en quelque sorte rattrapée par son passé peu glorieux, même s’il date d’une époque où toutes les communes pratiquaient de la sorte. La Spaque a ainsi recensé 900 anciennes décharges de ce type ! Ici comme le site est très difficile d’accès et que le risque de pollution semble limité, il n’est pas réaliste d’évacuer les immondices. C’est à l’étude, mais on s’oriente plutôt vers une sécurisation des déchets sur place.

Ce n’est pas le seul problème de déchets sur le territoire de Profondeville ...

FL : Malheureusement non. Le site d’une ancienne carrière en contrebas a lui aussi servi de dépôt de déchets communaux. Ce site est en zone Natura 2000, ce qui nous permettra probablement d’obtenir des moyens supplémentaires pour le réhabiliter. Heureusement, dans les deux cas, les études de sol réalisées à ce jour montrent qu’il n’y a pas de pollution importante sur ces sites. •

Profondeville en mode doux

Notre commune est très riche en sentiers et chemins qui favorisent les modes de déplacement doux comme le vélo et la marche à pied. Un grand projet participatif est actuellement en cours pour les revaloriser.

Publié le mardi 22 août 2017

La marche à pied ou le vélo sont à remettre à l’honneur et à encourager pour les déplacements utilitaires (chemin vers l’école, les commerces de proximité, la bibliothèque…) et pour les déplacements de loisir (balade du dimanche, visite chez les amis, la famille, retour de soirée). Un réseau de chemins est aussi un facteur d’attraction touristique. Mais force est de constater que beaucoup de ces chemins et sentiers ont été négligés au fil des ans.

Sous l’impulsion d’Ecolo, la Commune a donc décidé de remettre la mobilité douce au coeur de nos villages. Une initiative qui se veut participative puisqu’elle a été réalisée avec le concours de plusieurs dizaines d’habitants bénévoles, et avec l’appui de l’ASBL Sentiers.be.

Tout d’abord, un inventaire de droit et de terrain a été réalisé. Avec l’aide d’habitants volontaires, la totalité des sentiers de l’entité ont été passés au crible. Plusieurs cartes permettent à présent d’identifier les chemins privés et les chemins publics et nous informe sur leur état. Certains n’ont pas été trouvés sur le terrain bien qu’ils existent toujours légalement. D’autres ont été privatisés ou sont impraticables.

En mars, des consultations avec les habitants ont permis d’identifier les liaisons souhaitées et/ou possibles entre les différents pôles de chaque village grâce aux informations engrangées lors des inventaires. C’est ainsi qu’un réseau d’itinéraires est en voie de finalisation et sera présenté pour approbation au conseil communal cet automne.

Dans cette proposition se retrouvent des itinéraires qui seront balisés tout de suite. D’autres le seront plus tard, une fois les démarches nécessaires accomplies comme la prise de contact avec des propriétaires pour la réouverture et le réaménagement de chemins. Nous pensons notamment au sentier qui permet de relier les Fonds de Lustin au centre du village et au sentier entre Lesve et Besinne.

Enfin, plusieurs liaisons entre villages sont très difficiles voire impossibles à concrétiser via des sentiers. Dans ces cas, il faudra envisager l’aménagement de trottoirs le long des voiries existantes. C’est le cas notamment entre la gare de Lustin et le centre du village, entre le Quartier du Beau Vallon, Bois de Villers et Profondeville. •